Titre : À coucher dehors
Scénario : Aurélien Ducoudray
Dessin : Anlor
Bamboo Éditions, Collection Grand Angle
Genre : Tranche de vie / Comédie dramatique
Série terminée en 2 tomes
Année : 2016
48 pages / tomes environ

Quatrième de couverture :
Un SDF hérite d’une maison, d’une famille et de tous les soucis qui vont avec. Amédée, Prie-Dieu et la Merguez vivent sur les bords de Seine. Mais la destinée fait parfois preuve de bienveillance avec les SDF. Elle offre à Amédée un nouveau toit par le biais d’un héritage : un magnifique pavillon de banlieue. En contrepartie, il doit devenir le tuteur légal de Nicolas, le fils trisomique de sa vieille tante récemment décédée. De surcroît, Amédée se retrouve responsable d’une maison qui attise toutes les convoitises. Mais surtout, il hérite d’un passé, d’une famille et de ses secrets qu’il découvre peu à peu.

——————

Je ne vais pas vous mentir, ce qui m’a attiré en premier lieu, ce sont ces couleurs sur la couverture. Elles m’ont tapé dans l’œil et je me suis rapidement perdue dans ce ciel étoilé. En y regardant de plus près, l’histoire m’a intriguée et j’ai vite cédé à la lecture. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que l’on croise une bande-dessinée qui traite des sujets sensibles comme le fait de vivre dans la rue ou de la trisomie 21.

Niveau scénario, on sent qu’il y a de la maîtrise et que l’auteur sait où il va. Il y a beaucoup de textes mais sans que cela charge la lecture ou obscurci le dessin. Tout est très mouvementée, avec beaucoup d’émotions et d’humour malgré les thèmes abordés. Tout cela à même un côté un peu rocambolesque avec certes deux ou trois petits clichés emplit de bons sentiments. La caricature sociale est bien présente mais aussi les liens familiaux et amicaux, les rêves que l’on peut avoir dans la vie et les obstacles qui peuvent se trouver sur notre route.

Ce genre d’histoire atypique est vraiment ce que j’apprécie le plus en bande-dessinée. De plus, il y a une sorte d’empathie immédiate qui se créer et que l’on ressent pour les personnages. C’est touchant de voir tout ce petit monde s’apprivoiser et s’attacher les uns aux autres à travers les pages.

Le trait graphique d’Anlor est excellent. Que ce soit au niveau de l’environnement, des portraits bien marqués des personnages, des petits détails ou encore de la colorisation. J’ai trouvé l’ensemble merveilleux et très cohérent avec l’histoire qui nous aie compté.

Pour conclure, À coucher dehors est rempli d’humanité et d’humour sans pour autant mettre les sujets les plus difficiles au tapis. Puisque confier un gamin atteint de trisomie 21 à trois sans domicile fixe, il fallait oser ! Je pense d’ailleurs, que c’est un des points forts de cette histoire, que de mettre en avant des antihéros. C’est touchant, criant de vérité et même s’il y a des facilités scénaristiques, on reste bien ancrée dans la réalité. L’ensemble fonctionne à merveilles et donne un rendu à la fois tendre et haut en couleurs !

Un commentaire sur « [ LECTURE ] À coucher dehors »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s